Protection des cultures : Paillage naturel
Le paillage, par exemple, aide à conserver l'humidité pour des cultures telles que celle haricots.

Si l’on ne peut modifier le climat à son gré, il faut absolument disposer de moyens pouvant protéger les cultures contre ses effets. Si la chaleur, l’eau, la lumière solaire sont indispensables à la croissance des plantes, elles peuvent, en excès, la déséquilibrer et provoquer l’interruption de la végétation.

Il est essentiel de pouvoir faire face immédiatement aux brusques changements de temps ou à des saisons exceptionnellement sèches ou froides, qui pourraient réduire à néant les récoltes sur lesquelles on doit normalement compter après des travaux d’entretien attentifs. Les gelées précoces ou tardives (d’automne ou de printemps) seraient fatales pour les semis ou pour les plantes naissantes; les trop fortes pluies, l’excès d’humidité provoqueraient leur pourriture; une chaleur et un ensoleillement excessifs compromettraient gravement leur croissance.

Les moyens naturels

De nombreuses techniques de protection reposent sur l’utilisation de moyens naturels, dont l’efficacité peut cependant être renforcée par l’emploi d’accessoires ou de matériaux spécifiques. Quand on établit un potager ou un verger, le premier souci doit naturellement être de bien choisir son exposition : son ensoleillement doit être quasi ininterrompu durant toute la journée. N’oubliez pas que, comme nous l’avons dit plus haut, les gelées sont plus fortes dans les dépressions, que l’intensité de la lumière et de la chaleur varient selon les régions et l’orientation, etc. Différentes techniques vous permettront de favoriser le développement des cultures et ainsi de les protéger.

  • La couche : enterrée ou sur la surface du sol, elle est essentiellement faite de fumier (de préférence de cheval) et de feuilles; sa fermentation entraîne un dégagement de chaleur essentiel dans les coffres et les châssis.
  • Le buttage : en ramenant la terre en motte autour du pied de la plante (on utilise pour cela un râteau), on la protège du froid en hiver ou on lui conserve sa fraîcheur en été.
  • Le paillage : en recouvrant le sol autour des plantations de paille, de feuilles mortes, d’écorces de conifère… ou de plastique, on limite l’évaporation pendant l’été et l’on protège certaines plantes du gel pendant l’hiver.
  • Le binage : il a pour but de ralentir l’évaporation. Il consiste à ameublir la surface de la terre et donc à briser la croûte qui, sous l’effet de la chaleur, se forme en surface, et favorise un phénomène de capillarité qui dessèche le sol en profondeur.

Le matériel

Il faut s’en doter avant même les semis, de façon à ne pas être pris au dépourvu après la levée. Vous le choisirez en fonction de l’importance des cultures que vous désirez entreprendre. Pour protéger les végétaux du froid, on cherchera à augmenter la chaleur, d’où l’emploi de matériaux tels que le verre ou le plastique. Depuis la très simple cloche maraîchère (que l’on n’utilise de nos jours que très rarement) jusqu’à la serre (suivant sa taille, cette dernière peut même se prêter à la culture de la vigne), il existe un certain nombre d’accessoires protégeant efficacement les cultures.

  • Le tunnel plastique : fait d’un film en matière plastique transparent, tendu sur des arceaux plantés en terre, il est surtout utilisé au printemps et en automne.
  • La cloche continue : également appelée «cloche anglaise », elle pemet de protéger des cultures en carrés ou en lignes.
  • La cloche lanterne : parente de la précédente, elle convient pour une protection bien circonscrite.
  • Le châssis ou coffre : fait d’un cadre mobile portant des plaques de verre et reposant sur un coffre en bois ou des murets maçonnés, il permet, surtout si on l’associe à la couche ou si on le chauffe artificiellement, d’obtenir les mêmes résultats qu’en serre.
  • La serre : autrefois réservée aux horticulteurs, elle est aujourd’hui à la portée de l’amateur. Elle est tantôt adossée à la maison (par laquelle elle est alors chauffée), tantôt construite isolée. Les fabricants proposent un certain nombre de modèles à monter soi-même.
  • Le paillasson : en paille ou en plastique, il sert à ombrer les serres ou les châssis, ou limiter les pertes de chaleur.
  • Le film plastique transparent : utilisé pour protéger du froid les jeunes plants repiqués tôt en saison. Le film plastique est perforé pour laisser les plants respirer. On le dispose directement sur les plants, car il est assez fin et souple pour ne pas peser sur eux et gêner leur développement.