Pelouses : le labour en vue du semis

La création d’une pelouse doit tenir compte d’un certain nombre de facteurs tels que la surface disponible, l’emplacement dans le jardin, le climat de la région (qui doit vous guider dans le choix des espèces à planter) et enfin, ce qui est loin d’être négligeable, le temps que l’on pourra consacrer aux travaux d’entretien et les frais, engendrés principalement par l’achat de l’outillage.

Le choix et la préparation de l’emplacement

La pelouse est une aire de repos et de jeu mais, en même temps, un élément qui contribue au décor du jardin. Il est préférable, la plupart du temps, de combiner ces deux aspects, et de choisir en conséquence une surface relativement plane, peu ombragée et suffisamment étendue. Il reste, bien sûr, possible d’engazonner les talus, les sous-bois, mais ceci vous demandera un entretien attentif et perma nent, ainsi qu’un choix réfléchi des espèces à planter (fétuque traçante, par exemple, pour les terrains en talus, car ses racines traçantes retiennent et fixent le sol). Délimitez le plus exactement possible la surface à engazonner. Passez ensuite à la préparation de cet emplacement en déracinant les souches d’arbres ou d’arbustes, en abattant les arbustes morts, malades ou indésirables, en débroussaillant (à l’aide de produits spécifiques que vous trouverez dans le commerce), toutes ces opérations ayant pour but de dégager complètement le sol de ce qui constituerait inévitablement un obstacle à la plantation de la pelouse et, ultérieurement, à sa tonte.

Le labour

Le labour est l’opération transitoire entre la préparation de l’emplacement et le semis. Son rôle principal est de préparer la terre à recevoir les graines et les racines des graminées, que l’on sèmera au printemps. On le pratiquera au début de l’hiver ou à la fin de l’automne selon l’année et selon la région. Il consiste en un bêchage à grosses mottes, qui permet d’achever la préparation du terrain. On éliminera les racines des arbustes abattus et celles des mauvaises herbes, les pierres et tout ce qui entraverait la pousse du gazon. Pour les grandes surfaces, on utilisera avantageusement un microtracteur. Profitez du labour pour enfouir une fumure de fond organique, à base de phosphore et de potasse. C’est également le moment de créer les talus ou la dénivellation qui modèleront le paysage utilisez pour cela la terre extraite (on peut toujours procéder à un apport de terre extérieure pour créer des talus importants); pensez enfin à prévoir dès ce’ moment l’emplacement des groupes de fleurs (vivaces, bulbeuses) qui pourront égayer la pelouse, et plantez-les sans attendre plus longtemps.

Le labour est suivi par un premier roulage qui doit tasser la terre. Procédez ensuite à un griffage, mais seulement un mois avant le semis, c’est-à-dire à la fin de l’hiver ou au tout début du printemps. Cette dernière date est préférable car elle permet de détruire et d’enfouir les herbes sauvages qui se manifestent alors. Lors de cette dernière opération, vous apporterez une fumure minérale (dont l’assimilation rapide permet la distribution en surface). Terminez par un ratissage par lequel vous finirez de niveler le sol tout en le débarrassant des cailloux qui y subsistent. On peut enfin procéder à un second roulage pour tasser la terre; cette dernière opération est d’autant plus conseillée si la terre est légère (terre siliceuse).